5 dossiers techniques pour présenter l'Oasis

En préambule, quelques extraits et citations

RÉGION NOUVELLE AQUITAINE

Bilan 2020 “Un an après l’adoption de la feuille de route NÉO TERRA*

Préface d’Alain Rousset, président de la région Nouvelle Aquitaine

“Il y a un an, la Nouvelle-Aquitaine adoptait Néo Terra, feuille de route matricielle, érigeant la transition énergétique et environnementale en véritable système. Suscitant un formidable élan collectif, confortée par la crise COVID – tant elle révèle la nécessité de ces transitions -, l’ambition portée par Néo Terra révèle autant le rôle pivot de la Région que notre capacité à répondre aux défis de notre temps, en s’appuyant sur les sciences – et en se projetant ensemble.”

* les 11 ambitions de la feuille de route NÉO TERRA du Conseil Régional 

  • Ambition 1 : Favoriser l’engagement citoyen pour accélérer la transition écologique
  • Ambition 2 : Accélérer et accompagner la transition agroécologique
  • Ambition 3 : Accélérer la transition énergétique et écologique des entreprises de Nouvelle-Aquitaine
  • Ambition 4 : Développer les mobilités « propres » pour tous
  • Ambition 5 : Développer et systématiser un urbanisme durable, résilient, économe en ressources et qui s’adapte aux risques naturels et aux changements climatiques 
  • Ambition 6 : Construire un nouveau mix énergétique  
  • Ambition 7 : Faire de la Nouvelle-Aquitaine un territoire tendant vers le « zéro déchet » à l’horizon 2030
  • Ambition 8 : Préserver nos ressources naturelles et la biodiversité
  • Ambition 9 : Préserver et protéger la ressource en eau
  • Ambition 10 : Préserver les terres agricoles forestières et naturelles
  • Ambition 11 : La Région Nouvelle-Aquitaine, une administration exemplaire dans la transition

DEPARTEMENT GIRONDE

Rapport DD 2015 – Jean-Luc Gleyze, président du département

“…/ Nous le savons désormais, nos modes de vie érodent et fragilisent notre planète : le temps est à l’action. Chacun d’entre nous a la possibilité de faire sa part, dans les actions de la vie quotidienne. Les institutions publiques ont, dans ce registre, le devoir de montrer l’exemple, et la capacité d’amplifier la dynamique vertueuse vers laquelle nous devons tous aller.”

ADEME

Ministère de la Transition écologique et solidaire, de la Recherche et de l’Innovation.

« Demain MON TERRITOIRE » (novembre 2019)
Extrait de la préface d’Arnaud Leroy, Président de l’ADEME
“…/ Et parce que le maire bénéficie d’une relation privilégiée avec ses administrés, qu’il dispose de moyens d’action pour traduire concrètement les enjeux en solutions sur son territoire, il est un acteur incontournable de la transition écologique … ”

Extraits des “20 fiches du recueil
“…/ il est impossible de réaliser cette transition sans l’adhésion du plus grand nombre et une forte mobilisation des élus …”
“…/ La participation citoyenne est un moyen pragmatique et enthousiaste de mieux fabriquer la cité de demain, aux côtés d’élus engagés … ”

CESE (Conseil Economique Social et Environnemental)

Rapport 2016 – LA TRANSITION AGRO-ÉCOLOGIQUE : DÉFIS ET ENJEUX


“…/
S’engager dans la transition agroécologique implique une prise de risques que les démarches collectives contribuent à surmonter. Initiées pour certaines depuis longtemps, elles révèlent le rôle primordial de l’observation, de l’expérimentation et des échanges de pratiques.”

CGDD – Commissariat Général au Développement Durable

Étude N°124 mai 2015 : Société résiliente, transition écologique et cohésion sociale – Paul Deluc, Commissaire général au développement durable


Les études invitent les acteurs publics à être attentifs à ces nouveaux modes d’action dans les territoires : ils questionnent l’action publique tant à l’échelle locale que nationale. Car la multiplication des actions de transition écologique et sociétale pose la question de leur diffusion dans les politiques publiques et de l’appui des acteurs publics pour assurer leur soutenabilité. Si quelques partenariats se développent, d’autres exemples montrent un défaut de complémentarité entre action publique et initiative citoyenne ou collective.

L’expérimentation et l’encouragement à l’innovation dans nos territoires devront être à l’écoute de ces formes d’innovation et des enjeux de transformation démocratique que recèlent ces initiatives de transition.

Définition de Boris Cyrulnik :  “La résilience est la capacité d’un être froissé à retrouver sa forme initiale”. 

PROJET d’ÉCO-HAMEAU

Inspirés et convaincus par ces mots, voici comment notre projet participe à cette transition de façon pragmatique et enthousiaste et contribue à l’intérêt et l’enjeu territorial… Faisons quelque chose ensemble pour un avenir soutenable !

1. En quoi notre projet est systémique et présente un intérêt territorial

 Le projet que nous construisons vise à expérimenter un mode de vie résilient, indépendant des énergies fossiles, à impact positif sur la nature et sur la base d’une organisation sociétale coopérative et solidaire. 
  • Pour faire vivre cela, la notion de soutenable est majeure, nous la mettons en oeuvre par la coopération, “tous-contribuent-à-tout”, et l’attention portée à rendre positif l’impact de chaque action humaine sur la biodiversité.
  • Pour construire cela, nous traitons de façon concomitante l’agriculture, l’habitat, l’énergie, l’économie, la relation et l’ouverture territoriale, ce qui implique l’engagement d’un groupe de citoyens à passer à l’action pour faire vivre, par l’expérience, ce nécessaire ensemble d’interactions. 
  • Pour créer une dynamique avec les acteurs locaux, nous contribuons à une économie en circuit court et solidaire, favorisons l’écotourisme et sensibilisons la population la plus large possible aux gestes écologiques dans tous les domaines.
  • Pour garantir la viabilité du projet, nous nous organisons en intelligence collective.
  • Pour pérenniser cet ensemble et en tirer les enseignements transférables, un Comité Scientifique nous accompagne.  

Ce projet s’inscrit ainsi dans les objectifs de résilience visés aujourd’hui par les instances territoriales confrontées à la complexité et à la transversalité des problématiques (Cf. NéoTerra etc…).

La résilience, en tant que capacité à se régénérer et à s’enrichir des expériences passées, est un de nos fils conducteurs. Elle se retrouve dans tous nos choix : 

  • les maisons, en bois pour capter le CO2, intégrées dans la biodiversité et le paysage, réversibles parce que non connectées aux réseaux et en matériaux compostables (bois, chanvre, terre, paille etc…),
  • l’auto-production d’énergie propre et renouvelable, 
  • la reforestation qui compense la production de gaz à effet de serre,
  • la préservation des petits animaux par de petits abris (chauves-souris, papillons, insectes …),
  • une végétation favorable aux abeilles et pollinisateurs, 
  • la préservation des plantes sauvages apportant l’azote au sol,
  • les inter-relations entre végétaux, fruitiers, animaux qui renforcent la biodiversité,
  • l’utilisation des déchets végétaux et humains pour les sols et pour produire de l’énergie,
  • le choix des circuits courts et des matériaux locaux, le recyclage,
  • la mutualisation, la dynamique avec les citoyens et les acteurs locaux,
  • le développement des low-tech et des mobilités propres,
  • l’organisation en intelligence collective et la coopération,
  • etc….

Le projet est en ce sens un vrai laboratoire vivant pour la recherche avec son comité scientifique et son équipe de chercheurs et d’experts, tant sur les aspects techniques, écologiques et économiques qu’au regard de la qualité de vie

Il replace l’humain comme acteur et élément de la biodiversité.

2. Nous déclinons le projet en 5 dossiers

DOSSIER « Des contextes et des Hommes »

Notre projet sous l’angle de la politique territoriale.

Téléchargez le dossier

Des contextes et des Hommes.pdf
Aujourd’hui, la rencontre de l’élan citoyen et de l’élan politique apparaît plus que jamais indispensable et inévitable. Ensemble nous avons à trouver et à mettre en œuvre les moyens d’un avenir soutenable.

Un réseau de dynamique territoriale avec :

  • Des élus mobilisés
  • Des acteurs engagés et complémentaires
  • Des partenaires actifs

Une convention claire et sécurisante

DOSSIER « La richesse des Hommes solidaires »

Notre projet sous l’angle de l’économie solidaire et de la recherche.

Téléchargez le dossier

La richesse des Hommes solidaires.pdf
Une économie d’échelle, solidaire, inclusive et des cadres juridiques pour la soutenir.

La SAS et la Ferme associative du projet déploient des activités :

  • de formation/conseil (gouvernance, énergies propres, auto-construction…), 
  • d’éco-tourisme, 
  • de production et de vente de fruits et légumes (à la ferme, AMAP, marchés etc …)
  • de transformation et de restauration à partir des produits de la ferme, 
  • d’ateliers de sensibilisation 
    • péri‐agricole à la biodiversité et aux pratiques de production écologique, 
    • sur les 5R “zéro déchet” (Refuser ‐ Réduire ‐ Réemployer ‐ Recycler ‐ Redonner à la terre), 
    • sur le gaspillage alimentaire, le “faire soi‐même”, 
  • de recyclerie et repairs café, de fabrication low-tech,
  • d’accueil de personnes vulnérables, 
  • culturelles : ludothèque, photo, spectacles, festivals,

Et enfin l’activité de recherche mesure les résultats, quantifie l’impact écologique, évalue la qualité de vie et le confort des habitants. Elle établit des rapports témoignant des possibilités d’évolution des modèles d’organisation et qui oeuvrent au développement de nouvelles technologies.

Ces activités s’ajusteront en fonction de celles qui existent sur le territoire.

C’est par la diversité de cet ensemble d’activités, solidaires entre elles, que le modèle économique est viable.

DOSSIER « Le meilleur pour la Terre et les Hommes »

Notre projet sous l’angle de l’agriculture.

Téléchargez le dossier

Le meilleur pour la Terre et les Hommes.pdf
Nos solutions pour cheminer vers l’autonomie alimentaire des habitants de l’oasis et au service du Territoire.

La Ferme associative du projet 

  • Oeuvre à l’autonomie alimentaire locale, par des productions biologiques, de l’élevage respectueux, de la transformation et de la vente de nos produits, tout en préservant  la biodiversité 
  • Accompagne à l’autonomie et la gestion durable par des ateliers d’appropriation de pratiques : le “faire soi-même” adapté aux besoins, le “réparable”, le “recyclable” 
  • Sensibilise, contribue à développer la conscience écologique et expérimente les outils favorisant la coopération
  • Cultive les liens sociaux et culturels.

Et prévoit :

  • des agriculteurs-paysans (volailler, paysan-boulanger, maraîcher, pépiniériste, herboriste, myciculteur, apiculteur, arboriste, bamboutier),
  • une pépinière d’accueil de jeunes agriculteurs.

DOSSIER « Solutions énergétiques d’Intérêt Général

Notre projet sous l’angle de l’énergie.

Téléchargez le dossier

Solutions énergétiques d’Intérêt Général.pdf
Considérons nos choix en matière de production, stockage et consommation d’énergie  comme une opportunité de contribuer à la transition vers des solutions durables.

Le projet réduit au maximum son impact sur l’environnement jusqu’à le rendre positif et mobilise pour ses besoins peu de ressources dépendantes de la collectivité 

  • en subvenant de façon autonome à ses besoins en énergie et en eau, 
  • en gérant ses déchets et eaux usées, 
  • en utilisant au maximum des matériaux locaux bio sourcés, 
  • en explorant des alternatives pour la mobilité.

En soutenant la transmission des compétences acquises par les habitants dans différents domaines liés à la production, au stockage et à la consommation d’énergie, le projet rend possible la montée en compétence des citoyens hors de l’éco-hameau, et de ce fait, leur propre impact sur l’environnement.

En expérimentant et en comparant rigoureusement des solutions techniques innovantes, surtout à l’échelle de plusieurs foyers, nous contribuons au développement des technologies à faible impact.

DOSSIER « Habiter notre écosystème »

Notre projet sous l’angle de l’architecture.

Téléchargez le dossier

Habiter notre écosystème.pdf
En passant par la philosophie générale de l’habiter, nos techniques de constructions écologiques jusqu’à nos plans individuels de maisons.

Le projet développe un habitat 

  • totalement naturel et autonome 
  • qui n’impacte pas les ressources de la planète 
  • et dont le confort n’a rien à envier à celui que nous trouvons dans les maisons dites traditionnelles modernes.

Le secteur du bâtiment est aujourd’hui un des secteurs les plus polluants au niveau de la fabrication, du transport des matériaux, des techniques et des déchets de construction, de l’artificialisation des sols et de la consommation énergétique des habitations, sans oublier la démolition. 

Nous faisons le choix d’explorer d’autres orientations, de construire sans engin lourd, des habitations sans artificialisation du sol et à énergie positive, avec des matériaux locaux, durables, recyclables, naturels.

Nous construisons selon les techniques, déjà expérimentées dans d’autres lieux, en autonomie énergétique et  avec des matériaux durables et non polluants, sans connexion aux réseaux (électricité, eau potable, épuration). 

L’activité de recherche du projet permettra d’optimiser les capacités de résilience de ces habitats.  

Pour atteindre le moindre impact sur l’environnement et respecter la biodiversité, les constructions sont intégrées et disséminées dans le paysage. Elles suivent un cahier des charges de constructions garantissant la réversibilité et la continuité écologique

3. En conclusion

Notre projet se veut être le lieu de rencontre entre les instances et des citoyens qui vont chercher à répondre aux défis actuels dans une vision commune.

Il répond aux 17 Objectifs du Développement Durable et aspire à être source d’inspiration dans ses axes essentiels

Pour être viable, au niveau coopératif, économique et solidaire, ce projet doit rassembler un nombre significatif d’habitants. Avec ses 20 foyers le projet est réalisable, pérenne et l’énergie à déployer reste à dimension humaine.

Ce projet vise à prendre part, à son échelle, à une dynamique encore en grande partie à inventer ce que nous pourrions englober sous le terme d’Autonomie Intégrée à l’Écosystème et au Territoire


A noter

* L’Agenda 21 nous a décerné le prix coup de cœur des Trophées de l’Agenda 21 en 2018 pour un événement de sensibilisation aux éco-hameaux dans la Forêt du Bourgailh à Pessac-Bordeaux métropole.

* Le PAT du Pôle d’Equilibre Territorial de l’Entre deux Mers a inscrit notre projet dans les ambitions de réalisations sur les 2 années à venir …

Laisser un commentaire