Dans la cadre de l’étude de faisabilité de l’installation sur la commune de Noaillac, le projet est en cours de réflexion avec les instances territoriales.
En attendant la levée des contraintes sanitaires et la possibilité d’aller à la rencontre des habitants du village lors d’une réunion publique, nous avons eu à cœur de communiquer tous les éléments clés à connaître sur notre démarche par l’intermédiaire de notre site internet.
Cette installation suscite des interrogations de la part de la population et nous le comprenons.
Elle soulève aussi pour quelques-uns des malentendus et des interprétations préjudiciables, à la limite du diffamatoire, auxquels nous souhaitons apporter des réponses très concrètes ci-dessous.

Nous souhaitons exprimer aussi que nous avons été touchés de l’accueil que nous avons reçu de la part des premiers habitants-voisins que nous avons rencontrés et nous souhaitons à cet égard exprimer notre gratitude pour l’ouverture d’esprit qui nous a été témoignée. Notre projet est certes très innovant à bien des égards mais a surtout vocation à profiter à tous, proches, amis, voisins et habitants plus lointains.
En même temps, nous avons totalement à cœur d’entendre tous les avis, y compris ceux qui font polémiques, pour construire ce qui aura le plus de sens et de cohérence.

  • « Le projet est-il monté dans le dos des habitants, leur est-il caché ? »
    Depuis 4 ans, nous avons présenté le projet à l’ensemble des représentants territoriaux de Gironde. Plus particulièrement, depuis cet été à Noaillac, au Conseil Municipal, à la Communauté de Communes, au Sous-Préfet, etc. qui accompagnent la réflexion sur la possible implantation du projet.

    Nous ne sommes ni légitimes, ni tenus d’en parler aux habitants de la commune tant que rien n’est encore validé par ces instances officielles. Une enquête publique aura lieu en fin de processus, comme pour tout projet.
    Cependant, tout le projet est décrit sur notre site internet, et nous aurons à cœur d’échanger avec les habitants, lors d’une réunion publique dès la fin du confinement.
    Donc NON comme il a été dit, les habitants ne sont donc pas mis devant le fait accompli, et rien n’est caché.
  • « 50, 300 personnes, combien de nouveaux habitants? »
    Ce projet est constitué de 20 foyers, soit 27 adultes et des enfants : 3 de moins de 3 ans, 4 en primaire, et 1 au collège. Les 6 autres enfants sont en garde alternée, et scolarisés sur un autre territoire.
    Donc NON, ni 50, ni 300 personnes ne vont s’installer sur ce terrain.
  • « S’agit-il d’une secte? »
    Composée de trois structures juridiques, une SCI, une SAS et une Asso, ce projet est une entreprise d’activités économiques locales (épicerie, boulangerie, maraîchage, poulets, formations, etc). Ses Associés d’horizons divers, se rassemblent sur des sujets d’avenir et des actions concrètes.
    Donc NON, rien à voir avec une notion de secte ou quelconque idéologie sectaire.
  • « Est-il prévu la création d’une école Steiner ? »
    Une SAS et une Association encadrent les activités de l’Oasis. Comme toute entreprise, elles n’ont aucune vocation à dicter les choix d’éducation qui sont sous la responsabilité des parents.
    Au regard des interrogations du Territoire concernant le besoin d’accueil des enfants, des contacts sont en cours avec l’École de la Chrysalide à Captieux, pour imaginer ensemble une solution. Elle serait dans ce cas co-construite avec les habitants des alentours.
    Donc NON, il n’est surtout pas question, et n’a jamais été abordé la création d’une école Steiner.
  • « Un local est-il prévu à l’extérieur pour vendre des produits et interdire d’entrer sur le terrain ? »
    Le lieu est complètement ouvert au public, c’est l’une des forces du projet. Le magasin est au cœur du terrain, avec un parking à proximité (visible sur les plans proposés). Des visites personnalisées, formations, partenariat avec les écoles, accueil de personnes âgées, sont clairement décrites dans les dossiers rendus publics.
    DoncNON, aucun local n’est prévu à l’extérieur pour vendre des produits, encore moins pour interdire d’entrer sur le terrain.
  • « Des haies seront-elles plantées pour avoir vocation à nous cacher des regards extérieurs ? »
    Des haies multi-espèces délimitent les différentes zones agricoles du terrain pour accueillir la biodiversité, couper les vents dominants, fournir du fourrage aux animaux et produire des fruits
    .
    Donc NON, elles n’ont pas vocation à nous cacher.
  • « Ce projet est-il assisté,  financièrement sous-estimé, vit-il sur le dos de l’État ? »
    Nous construisons un modèle économique qui est celui d’une entreprise avec diverses activités (donc pérenne), répartit ses bénéfices entre ses associés. Mutualiser les efforts et les activités permet de minimiser les coûts, réduire le gaspillage, optimiser le fonctionnement et les productions, éviter l’endettement tout en payant nos impôts et charges sociales.
    Donc NON, ce projet n’est ni assisté, ni financièrement sous-estimé, et ne vit pas sur le dos de l’État.

Formulaire : Votre avis nous intéresse (Cliquez)

 

L’Oasis du Coq à l’Âme

 

Laisser un commentaire